[Structure] [station précédente] [station suivante]

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la Badstraße s’appelait Badergasse, ce qui explique l’origine de son nom. Cela signifie qu’à l’époque, un barbier-chirurgien habitait dans cette rue et y exerçait son métier très particulier. De l’histoire de Berlin, nous savons que les barbiers-chirurgiens étaient les seules personnes que les gens consultaient en cas de maladie, d’accident ou d’affections chroniques. Il en existait déjà à la fin du Moyen-Âge. Ce n’étaient pas des charlatans, car pour pouvoir exercer leur métier, ils devaient passer un examen pour la reconnaissance de leur profession.

Badstraße, Foto: O. Semler, 1914

Des sources de Teltow nous apprennent qu’il existait un « Baderhaus », où un barbier-chirurgien exerçait son métier, dans la Badergasse. La construction de l’édifice où il exerçait a dû être commandée par le magistrat, car le loyer du « Baderhaus » devait être payé au département des finances.

Ayant survécu à l’incendie de 1711 et comptant parmi les rares maisons restées intactes, nous pouvons affirmer avec certitude que sa construction et sa première existence remontent au XVIIe siècle. L’activité fait cependant faillite vers 1760 en raison de son délabrement. Une maison-Dieu fut érigée à sa place au XIXe siècle sur la même propriété. On peut imaginer l’emplacement de l’ancienne maison du barbier-chirurgien aux environs du coin de rue ouest entre la Badstraße et la Oderstraße.

Un autre élément historique est lié à la Badstraße:

Au bout de la rue, là où passe aujourd’hui la Oderstraße, se trouvait la rive sud du lac Schönow, un lac qui a uniquement dû disparaître en raison de la construction du canal Teltow. Selon la tradition, les habitants de Schönow s’amarraient parfois avec un bateau sur le rivage près de la Badstraße pour assister à la messe à l’Andreaskirche. (Schönow n’avait passa propre église et ses habitants se rendaient donc à Teltow).

Panorama avec vue sur Schönow, Heimatverein Teltow Collection

Au bout de la Badstraße, du côté est, il y aurait eu une prairie publique où l’on pouvait aussi blanchir le linge ou la toile. Ainsi, les chaudes soirées d’été, cet endroit était certainement souvent un lieu de rencontre et de convivialité pour les jeunes de Teltow.

«Red Barracks», Collection Heimatverein Teltow